dimanche 2 juillet 2017

Le mois de juin... Pfffff.....

Ouf, il est fini.

Mais pas sans nous avoir mis à genoux...

Gala de danse,


spectacle de théâtre (2 soirs),
fête de l'école,
printemps des voisins au collège,
spectacle de chorale,
fête de la crèche et réunion de rentrée pour la maternelle...

et puis un dimanche à tenir un bureau d'élection, trèèèèèèès long, coincée entre deux réacs.... au secours....

et puis une formation de trois jours géniale aux champs libres....

et puis le séminaire de mon service, et puis des candidatures - il faut bien le valider ce concours !-, des WE qui défilent, et le boulot, les bilans, la rentrée, le chef qui craque, qu'il faut soutenir...

et une fatigue qui me mine, le corps qui lâche, des bobos de rien mais si nombreux,

des filles fatiguées, adolescente ou en pleine crise des deux ans,

une chaleur assommante suivie de températures glaciaire et de giboulées printanières...

Dans 15 jours, on file au Portugal, en camion, loin de tout, pour se lever à pas d'heure, glander à la plage, manger des pastels de nata au petit dej', trois semaines de rupture, bien méritées et trèèès attendues par tous.

Bon, heureusement, j'ai des petits bonheurs quotidiens,

Adèle qui fait 10 blagues par seconde,




les grandes qui ont fait une belle année scolaire, malgré le déménagement,





une serre et une piscine gonflable de plus de 3 mètres de larges, une biodiversité hallucinante dans mon jardin (c'est le bal des lucanes cerfs-volants tous les soirs en ce moment, et pis aussi un phasme vert dans mes rosiers) des fleurs qui sortent alors que je n'ai rien planté (toutes sortes d'aulx... épatant pour les salades), salamandre, hérisson et pic vert... pour un jardin en plein centre ville, je suis pas peu fière !



Allez, vivement les vacances...

samedi 20 mai 2017

Portrait chinois

Anne, de Blogallet, propose le portrait chinois, alors, si j'étais...
  • une couleur : le rouge.
  • une fleur/plante : une tulipe, une pivoine, un pavot ou un dahlia.
  • un objet : mes lunettes sans qui je ne vois pas bien clair.
  • une heure : 19h, quand le soleil du soir éclaire la cuisine.
  • un lieu : dans mon camion, avec la musique qui va bien, toute seule à brailler.
  • un animal : un chat, forcément.
  • quelqu'un d'autre : toutes les rencontres qui m'animent, celle qui se font, celles que j'espère, celles qui furent.
  • un plat : les seiches grillées à l'ail des vacances au Portugal
  • un paysage : avec la mer.
  • un sport : le vélo, pour la liberté de déplacement qu'il offre.
  • un instrument de musique : la flute à bec, si facile et accessible.
  • un gâteau : la tarte tatin, le cake au citron de Bernard, la tare au citron de Dorothée.
  • un vêtement : un jean.
  • une matière : la laine.
  • une émotion/sentiment : la plénitude de la quarantaine.

lundi 15 mai 2017

10 ans

ça compte, 10 ans !

J'avais 32 ans, un seul enfant, je vivais dans le Finistère, j'étais au chômage, locataire, mais javais toujours mes parents et mes grands-parents pour m'aider !

10 ans que je raconte ma vie, avec plus ou moins de régularité sur ce blog !

Et c'est la faute de bellzouzou si je m'y suis mise !

Bon, on va pas faire un bilan, mais en 10 ans, j'en ai vécu des trucs !

Du coup, j'en ai écrit, des trucs !

Et vous savez quoi, et bien j'en suis ravie...

C'est une belle trace de ce que j'ai pu vivre, mais c'est aussi une belle occasion de faire des rencontres... Bellzouzou, Névrosia, presque david wiz, et la famille Allet !

Merci à vous de me lire, de me supporter dans tous le sens du terme et de continuer à blogger malgré le méchant instagram !

samedi 6 mai 2017

De la motivation de se lever à 7h00 demain...

Non pas pour faire un jogging, ou pour accompagner les poules que nous n'avons pas, ni pour partir en vacances, ni pour faire une pêche à pied, encore moins pour aller accompagner ma fille à une compétition de handball qu'elle ne pratique pas...
Non.
Juste me présenter au chef de centre, récupérer mon badge, afficher les papiers réglementaires, installer les registres, mettre les bulletins en place, coller les étiquettes de procuration, commencer à remplir le procès verbal, découvrir le président et les assesseurs (dont une partie sera politique... trop chouette...) et ouvrir le bureau à la file de ceux qui eux, se seront levés à l'aube, avec les poules, pour voter.

Demain, je tiens un bureau et je suis secrétaire...

lundi 1 mai 2017

Ras la casquette

Tout le week-end, qui fût long, j'ai eu la désagréable sensation d'être la boniche de service.

(Bon, sauf hier où un déjeuner dominical chez nos amis m'a permis de souffler pénard.)

Pour le reste, c’est la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

Mes filles, elles n'en foutent pas une ramée à la maison.

Me suis fendue d'une liste... qui leur est destinée. J'aimerais juste, que juste ça, ce soit fait. Juste ça. Et franchement, c'est juste normal de faire ça... mais non, elles ne le font pas. Et ça me changerait juste la vie. Si.

Si ça marche pas, on passera à la vitesse supérieure, celle des plannings (qui fait quoi et quand).



Et vous, vous faites comment ?

dimanche 23 avril 2017

Fin de vacances

Que dire, à part que Quiberon, c'est beau, c'est reposant, c'est avec papy, c'est les vacances...


Que dire à part que j'aime bien les surprises et que quelqu'un m'a donné rendez-vous, le 10 mai prochain...




Je crois que c'est ma mamie... il y a sans doute quelques années... mais je redécouvre cette trace gravée au stylo bic sur une porte d'armoire, armoire héritée de son père, armoire qui est une penderie qui prenait place il y a encore plus longtemps dans les avions... j'adore.



Surprise aussi de trouver un habitant sous le sapin de Noël planté il y a 54 ans et désormais débité en buches...



Bon, je sais, tout ça, ce n'est pas ce qui fait l'actualité du jour.
Je suis allée voter, aussi.

Moi qui mange bio, roule à la vélo, et porte des valeurs de gauche, j'étais déjà un peu écartelée... bah autant vous dire que là, comme dirait Bellzouzou, on n'a pas le cul sorti des ronces !


dimanche 12 mars 2017

Travail d'équipe



Famille et amis, merci !

lundi 6 mars 2017

Zeus VS le sapin

Zeus 1
Le Sapin 0.

La preuve en image avec le avant/après...



Il est tombé sous mes yeux (presque sur ma tête...). Et je le remercie de ne pas être tombé ni sur la maison, ni sur la piscine du voisin...



samedi 4 mars 2017

Marotte

J'en ai deux, le tricot et le jardin. Avant, mon jardin était petit (35 mètres carrés). Mais il était plein comme un oeuf. J'ai eu davantage de difficulté à le laisser qu'à laisser la maison; ce qui n'est pas le cas de tout le monde...
Bref.
La taille du jardin de ma grand-mère a beaucoup pesé pour moi dans ma décision de racheter la maison. Mais, loin de la carte postale de mon enfance,  c'est un jardin en friche que nous avons récupéré, abandonné depuis 3 ans et entretenu avec difficulté pendant les 5 ans qui ont précédé. Sur les vieilles photos que j'ai retrouvées, on voit que les allées ont, à une époque lointaine, été tracées au cordeau, les arbres taillés de près et le gazon impeccable.
J'aime bien l'idée que ce jardin soit redevenu sauvage. Il est situé à l'ombre d'un chêne tricentenaire. Au fond il y a une zone humide, comme si un affluent de la petite rivière du vallon y coulait, avant que tout soit busé. Les primevères ont envahi le gazon, tout comme la mousse, les boutons d'or et les jacinthes sauvages et l'ail des ours; Mais aussi, les lauriers sauce (je les déteste) et le lierre et les houx.
Re bref.
Ce jardin, il porte encore les traces de son histoire, vieille de presque 100 ans; c'est un mélange entre son milieu naturel, le sous-bois, les traces des premiers jardiniers (buis, seringats, choisya, muguets, tronc mort du pêcher de vigne, dahlias, escallonia, rosiers grimpants et buissons anciens, camélia), l’extrême maitrise des années 60, avec des allées où une seule plante était accueillie (iris ou tulipes, dahlias ou begonias, un cerisier au centre, le tout cerné de grillage), et les modes des années plus récentes (hortensia, rhodo et azalées, clématites, yucca).
ReRe Bref.
Sauf que rien n'a été taillé depuis des plombes. Le lierre court partout, les rosiers grimpants ont de l’oïdium, les choisya sont dégarnis des pieds, le yucca a volé tout l'espace, les rosiers n'ont pas été taillés depuis des lustres, les buis se meurent, les dahlias tentent une sortie et dépérissent...
Alors j'ai taillé, taillé taillé, choisya, rosier, lierre, j'ai aussi fait des choix (éliminé le yucca énorme, un boulot de dingue, mais aussi les houx, les buis,), arraché le lierre, les lauriers, la mousse, éclairci les haies, et taillé encore les hortensias, les vieux rosiers, rabattu le jasmin d'hiver, les clématites et la bignone, lutter contre ces saloperies de violettes, les faux fraisiers, et semé des graines, du gazon, planté des bulbes, commencé à déplacer les azalés...
Re re re Bref.
Et j'adore ça.
Je ne fais que ça. Je rentre en trombe le midi pour passer 1 heure dans mon jardin, à genou, à bout de bras, pliée en deux, les mains dans la terre.

Et je commence à bâtir mon jardin rêvé, un mélange de jardin de mamie, jardin de curé, mais aussi sauvage comme un sous-bois, un peu anglais...

j'ai planté un coeur de marie, des pivoines, des bulbes (crocus, tulipes, narcisses, dahlias, iris), j'ai semé des pavots, des myosotis, des campanules, des coquelourdes, j'ai installé de nouveaux hortensias, un rodo, une clématite, des jasmins que j'avais bouturés de mon ancien jardin (avec des agapanthes que j'avais divisées avant de partir), un jasmin étoilé, une lavande, des heuchères et des anémones du japon à l'ombre (encore de mon ancien jardin), des bruyères, des pavots d'islande, des sauges... J'aimerais aussi me faire un coin avec des simples.

Et pis va falloir que je laisse une place pour le potager de mon chéri... je pense lui proposer le jardin du voisin !

mars 2016

septembre 2016

février 2017


vendredi 3 mars 2017

La promesse

ça fait du bien, en ces temps sombres et tourmentés, de sentir la montée de sève.

Les jonquilles, c'est bon. Les crocus, c'est sorti. Les tulipes, on voit les feuilles. Les graines ont formé leurs plantules. Les prunus commencent à fleurir. Les mésanges s'affolent. Les tourterelles roucoulent. Le gazon est semé.

Les visiteurs s'enhardissent...



J'adore cette période où tout tend à la renaissance. Je louche sur les catalogues de plantes. J'évite les jardineries pour ne pas exploser mon compte en banque.

Et moi-même, je me sens sortir de ma torpeur hivernale.

mardi 14 février 2017

Condensateur

Quand ton sèche-linge, bah il ne marche plus, qu'est ce tu fais? T'appelles le vendeur? Voui, ça c'est valable quand tu viens de l'acheter.
Mais quand on t'a donné le sèche-linge, et que ce dernier a environ une bonne quinzaine d'années, hum?
Bah t'appelles ton père.
Voui.
Et ton père, il ouvre le ventre du sèche-linge, il te dit que si le bidule part et que ça tourne quand on lance le moteur à la main, c'est que c'est pas le moteur, c'est le condensateur. Il t'achète le machin, il te le remet à la place qu'il faut, et roule poupoule, c'est repartit pour 15 ans et pour 15 euros.
Elle est pas belle la vie?

Le truc c'est que j'ai l'impression que plus personne ne sait ni n'ose démonter les machines et que le machines, elles vont à la décharge avant même d'avoir eu une petite chance...

dimanche 5 février 2017

Les Allet en vadrouille

Ils étaient attendus, on les guettaient à la fenêtre !

Quel plaisir de se retrouver !

Diner, jeux, installation des couchages...

... En mode camping dans toute la maison : Bien serrés les uns contre les autres, la nuit fut courte et le départ trop rapide !...

Il faudra revenir plus longtemps et qu'on prenne le temps....

En tout cas, on pensera à vous tous les jours en levant le nez dans le couloir ;-).

Merci d'être venus.

PS : le trophée de Victor est dans notre vaisselier...





dimanche 22 janvier 2017

Les soldes

Avec Maé, c'est sympa.

Par exemple, quand tu tentes le pull moutarde et que tu lui demandes son avis, elle te dit que oui, ça va super bien avec le bleu canard de ton T-shirt mais que, par contre,  sur toi, c'est bofbof.

Voilà voilà.


mercredi 18 janvier 2017

Départ pour l'Allemagne

Le rendez-vous est fixé sur le parking du collège, à 21h. Depuis la veille, on prépare le sac, on étoffe l'équipement (moins 18° la nuit attendus!!!), on vérifie le PAI... Bref, on est à fond.

Arrivée au point de rendez-vous à l'heure dite, il fait bien nuit, une nuée de parents tourne autour du car, les sacs s'entassent déjà dans les soutes... Pourtant, on est à l’heure mais dans les derniers !
Le hanneton est déçu, sa copine s'est déjà assise à coté d'une autre fille.

Le chauffeur a l'air vieux. J'irais bien lui faire la causette pour voir s'il sait conduire sur route enneigée et verglas... j'ose pas, la maman de la copine si. Et"quand ça glisse, ça glisse, on peut rien faire!"... C'est rassurant.

Un gamin est assis au premier rang, livide, le sac à vomi déjà dégainé.

Le nouveau principal est présent. Il a l'air ravi. C'est l'heure de partir. La prof d'allemand fait monter les enfant. Je demande un dernier bisous, le hanneton se retourne, me sourit, et me dit salut de la main. Dur.

La prof d'allemand dit aurevoir et souhaitez moi bonne chance...

Le car demarre, quitte doucement le parking en évitant d'écraser quelques parents téméraires qui le suivent, la lunette arrière est déjà couverte de buée, tandis qu' un doigt effronté dessine une énorme bite.

Bienvenue au collège.

jeudi 12 janvier 2017

Upgrippée

Oui bah j'espère que ça ne va pas être le mot d'ordre de 2017...
Mon époux et mon bébé sont fondus dans leur lit, moi-même, je me sens un peu faible... Garde-malade, ça fatigue et ça expose...

Bon puis à part ça, je ne peux plus mettre de com' ni chez Anne, ni chez Bellzouz, ni chez Nevrosia. Si c'est pas la misère ça !

Alors en 2017, quand on est malade, si on ne peut plus larver pénard en lisant le blogs et laissant des com', moi je vous dis, c'est pas chouette.

mardi 3 janvier 2017

Upgradée

ça résume 2016.

J'y avais placé beaucoup d'espoir. J'ai été servie.


Tout s'est enchainé, tout a été intense.
J'ai l'impression que dans tous les domaines, j'ai passé un niveau. Plus ou moins dans le bonheur.
Évidemment, on est sur les rotules. Épuises. Rincés. Presque baladés par les événements que l'on a davantage subis. Mais bon, dans l'ensemble une année richissime en émotion !

Allez, la liste :
Acheter un nouveau camion, plus beau et plus récent, parce que j'avais eu un accident.
Rénover notre ancienne maison en un mois, être submergée par les demandes et la vendre dans la foulée.
Négocier âprement avec la famille le prix et les conditions pour l'achat de la maison de mamie.
Ne rien lâcher sur le reste de la succession (quoique, on en a avalé des couleuvres, passons).
Subir une dernière réunion de famille.
Se sentir désormais libérée de toute obligation familiale (du coup, ça aide).

Là on est déjà en juin.

Je pourrais ajouter cartons, collège, CE1, crèche sur le plan familial, Iznogoud, attaché de conservation, fête de la science sur la plan de carrière et finir par Noël. Un Noël où je fus fort fort gâtée, ce qui ne m'était pas arrivé depuis fort fort longtemps.

Upgradé aussi la fatigue générale.

Alors, comment je la sens, 2017? L'année de l'anisette, de la chemisette, des pépettes, de la guinguette etc?

Bah je la sens moyen. J'ai 'impression depuis le 1er de passer juste à coté de catastrophes. Évitées in extremis. Et elle n'a que 3 jours, 2017.

Et puis, vous savez quoi, le soir du réveillon, on était tranquille basile avec nos filles. Puis on a écouter des trucs datés. Une liste comme ça, de trucs qui nous avaient touchés quand on était petits.

Notamment USA for Africa.

Je crois qu'on s'est un peu perdu en chemin depuis.

2017, j'ai comme l'impression que tu vas nous faire frôler le pire. Mais je compte sur toi pour nous ouvrir définitivement les yeux.

Bonne année.